ArpajonMaVieMaVille.fr

Discours d’investiture de Valérie Pécresse au Conseil Régional d’île-de-France

Discours d’investiture de Valérie Pécresse
Vendredi 18 décembre 2015

Mesdames et Messieurs les Conseillers régionaux,

L’émotion m’étreint au moment d’accéder à la présidence de notre Région, après douze années sur les bancs de cet hémicycle. Douze années à arpenter l’Ile-de-France dont je connais maintenant chaque chemin. Vous le savez, j’aime passionnément notre Région et ses habitants.

Je serai la présidente de tous les Franciliens. Une présidente à temps plein, sans cumul. Une présidente à l’écoute, attentive à tous, qui respectera toutes les sensibilités et les opinions qui s’exprimeront dans cet hémicycle.

J’adresse un salut républicain à mon prédécesseur, Jean-Paul Huchon. J’ai été son opposante déterminée pendant toutes ces années mais nous connaissons tous ici la force de son engagement régional.

Dimanche dernier, les Franciliens nous ont adressé un message clair. Ils veulent que ça change et pour cela, ils veulent d’abord que nous changions notre façon de faire de la politique.

Ils attendent beaucoup plus de leurs élus. Plus d’engagement et d’action. Plus de respect de la parole donnée. Plus de proximité et de simplicité. Et aussi de l’honnêteté.

Cette ligne de conduite a toujours inspiré ma vie politique et guidera encore mon action à la tête de la Région. Je ferai de l’Ile-de-France la fabrique des nouvelles pratiques politiques. Nos amis chercheurs diraient : « Le Fab Lab des nouvelles pratiques politiques », le lieu où s’élabore la preuve du concept !

J’y mettrai toute mon énergie et toute ma détermination. Je veux être la présidente d’une Région fière et conquérante, une Région exemplaire sur les valeurs républicaines, une Région réconciliée. Je veux que les Franciliens retrouvent espoir dans l’avenir et confiance dans l’action publique.

***

Renouveler les pratiques politiques, c’est d’abord respecter la parole donnée.

Mes deux priorités immédiates seront la sécurité et l’emploi.

Dès le mois de janvier, je mettrai en place le « bouclier de sécurité » que j’ai annoncé pendant la campagne.

En matière de sécurité, la Région n’a pas toutes les clés mais elle en a plusieurs et je compte bien les utiliser. Je vais rétablir le budget de sécurité de la Région et faire revivre la convention qui lie la Région au ministère de l’Intérieur. Je vais – enfin ! – avoir connaissance de l’audit de sécurité des lycées. Et pour parer au plus pressé, un fonds d’urgence pour la sécurité –  dont j’ai annoncé la création au lendemain des attentats du 13 novembre – sera mis en en place.

Sur le front de l’emploi, je réunirai début 2016 une conférence régionale pour la croissance, l’emploi, la formation et les conditions de travail. Toutes les forces vives de la Région y seront conviées : chefs d’entreprises, syndicats, associations…. Ensemble, nous définirons la meilleure stratégie pour, l’emploi en Ile-de-France. Nous identifierons avec précision les secteurs d’avenir et nous adapterons l’offre de formation. Il n’est pas normal que 110 000 emplois ne soient pas pourvus dans la Région alors que près de 700 000 Franciliens cherchent du travail.

Parallèlement, j’installerai un Conseil des chefs d’entreprises au côté du conseil scientifique pour me seconder dans la conduite de la politique économique de la Région.

J’appliquerai aussi dès le mois prochain la règle « pas de subvention régionale sans une offre de stage à un jeune Francilien ». Ce plan permettra à quelque 100 000 jeunes qui n’ont ni réseau, ni piston de décrocher une première expérience professionnelle, et de mettre ainsi un pied dans la porte du marché de l’emploi.

Enfin, je lancerai la « révolution des transports » pour changer la vie quotidienne de millions d’usagers. J’ai déjà pris contact avec le président de la SNCF et la présidente de la RATP afin de réviser les conventions qui lient ces deux entreprises à la Région. Nous y intégrerons les volets essentiels de mon programme transports en matière de rénovation du matériel, de sécurité, de ponctualité et d’accessibilité.

Je verrai aussi les équipes du réseau Optile pour lancer notre plan « 1000 bus » pour la Grande Couronne.

Car aucun territoire de l’Ile-de-France ne doit plus se sentir oublié. C’est pourquoi j’ai aussi décidé de créer une vice-présidence chargée de la ruralité et de l’agriculture.

Et en ce lendemain de COP 21, je veux insister sur le rôle majeur de l’écologie dans l’action de la Région : toutes nos décisions devront améliorer l’environnement et de la santé des Franciliens. Elles seront passées au crible de la vice-présidence chargée du l’écologie et du développement durable.

Enfin, la culture et l’éducation, qui vont de pair, seront au cœur de notre plan d’action régional. J’augmenterai de 20% de budget d’actions culturelles de la Région. Quand la civilisation est menacée par le terrorisme, plus que jamais, nous avons besoin de culture !

**

Renouveler les pratiques politiques, c’est ensuite respecter l’argent du contribuable. Chaque euro d’argent public doit être dépensé dans l’intérêt de la Région et de ses habitants. Nos concitoyens n’en peuvent plus de la désinvolture avec laquelle leurs impôts sont dépensés. Les mauvaises habitudes doivent cesser !

J’instaurerai la transparence des procédures d’attribution des subventions. Chaque citoyen pourra ainsi vérifier ce que nous faisons de ses impôts. Et je le redis ici : nous mettrons un terme à toutes celles qui n’ont aucun intérêt régional.

Je vais commander deux audits indépendants : un sur la situation financière de la Région et un sur son organisation. Sur ces bases, nous lancerons notre plan d’économies et de bonne gestion.

J’ai décidé de déménager le siège de la Région de l’autre côté du périphérique, vraisemblablement en Seine-Saint-Denis. Ce sera le vrai symbole du rééquilibrage à l’Est. Certains en parlent depuis longtemps. Nous le ferons. Parce que nous ne pouvons prétendre diriger ce territoire si vaste et si divers depuis des hôtels particuliers du VIIème arrondissement. Parce que nous avons un devoir d’exemplarité et de sobriété, alors que tant de nos concitoyens ont du mal à boucler leurs fins de mois.

Je vais également diviser par trois le parc automobile des élus du Conseil régional et je mettrai fin à la version papier du journal de la Région tiré à 3.5 millions d’exemplaires.

**

Renouveler les pratiques politiques, c’est aussi être sans concession sur l’éthique et intransigeante sur les valeurs républicaines.

Ici, au Conseil régional, nous porterons haut les valeurs de la République. Je pense en particulier à la laïcité, à l’égalité hommes-femmes et à la lutte contre tous les communautarismes. Ceux qui reçoivent une subvention de la Région signeront une charte par laquelle ils s’engagent à partager et à mettre en œuvre ces valeurs.

L’argent des contribuables franciliens ne favorisera plus l’immigration illégale, en finançant une réduction de 75% du titre de transport des étrangers en situation irrégulière.

Je transmettrai à l’opposition la charte d’éthique qu’avec les élus de ma liste, nous avons signée. Je souhaite que tous les groupes puissent s’associer à cette démarche. Nous l’intègrerons dans le règlement intérieur de la Région.

Dans notre Région, marquée par tant de fractures, nous devons porter une attention particulière aux plus fragiles. C’est pourquoi je vous proposerai de faire de l’accès à l’emploi des personnes en situation de handicap la grande cause régionale de l’année 2016. Et à cet égard, la Région montrera enfin l’exemple.

***

Enfin, le renouveau de la pratique politique exige que nous placions l’intérêt des Franciliens au-dessus des réflexes partisans. Dans cet esprit, je travaillerai la main dans la main avec tous les maires de la Région et les présidents des conseils départementaux pour la mise en œuvre du projet qu’ont choisi les Franciliens.

J’ai rencontré la maire de Paris, Anne Hidalgo. Je lui ai dit que Paris est un atout formidable pour l’Ile-de-France, mais que Paris a aussi besoin de l’Ile-de-France : Paris ne peut se construire sans la banlieue, ni contre la banlieue. Je pense évidemment à la question-clé des transports et de la pollution, mais aussi à la candidature de la France aux JO de 2024 et à l’Exposition universelle de 2025.

***

Avec le gouvernement, j’entends construire des relations franches et exigeantes. J’attends d’abord de l’Etat qu’il tienne l’intégralité de ses engagements vis-à-vis de la Région.

Mais je rappellerai aussi au Gouvernement que les Franciliens nous ont donné un mandat pour libérer les énergies et retrouver le chemin de la croissance. Je vais m’employer à lever tous les verrous régionaux en matière d’emploi, de sécurité, de transports, de logement. Et j’attends du Gouvernement qu’il s’attaque de son côté aux blocages qui existent au plan national.

A cet égard, permettez-moi de dire un mot d’un projet qui doit voir le jour en janvier et qui me paraît être un contre-sens historique et une aberration administrative et économique : la métropole du Grand Paris.

Comment peut-on aujourd’hui rajouter une cinquième strate au millefeuille territorial ? Ce n’est plus un millefeuille, c’est une pièce montée ! 245 postes d’élus et combien d’emplois de fonctionnaires ? Et surtout, comment peut-on aujourd’hui mettre à l’écart 5 millions de Franciliens, qui seront rejetés hors de cette Métropole alors que le centre concentrera toutes les richesses ? Il est encore temps d’abandonner ce projet qui exclut, qui complexifie et qui taxe.

Soyons simples, soyons clairs, soyons efficaces ! Il y a tant de fractures à réparer dans notre Région. Tant d’inégalités à corriger. Tant de projets à porter. Tant d’espérance à donner. Ne perdons pas notre énergie dans un nouvel enchevêtrement administratif.

Je suis, vous le savez, comme vous tous je l’espère, une avocate sans relâche du fait régional qui s’impose partout en Europe comme l’échelon pertinent des politiques publiques efficaces. Alors nous pouvons le dire sans crainte : forts de 4 millions de Franciliens qui se sont déplacés aux urnes pour nous élire, chers collègues conseillers régionaux, nous avons la légitimité démocratique pour porter le projet du Très Grand Paris.

Vous l’avez compris, la tâche qui nous attend est immense, mais c’est avec bonheur que nous nous y attelons. Deux jours après la sortie du nouvel opus de Star Wars, je me permettrai cet encouragement en forme de clin d’œil : que la Force soit avec nous !

Je voudrais terminer sur une note plus personnelle en m’adressant à toutes vos familles, vos conjoints, vos enfants. Je voudrais leur dire un grand merci car je sais à quel point leur soutien vous a été précieux tout au long de cette campagne et à quel point ces quelques mois ont dû être difficiles pour eux.

Je vous rends donc à vos proches et en attendant de vous revoir tous l’an prochain, je vous souhaite ainsi qu’aux agents de la Région qui ont organisé cette séance et à tous les autres un très joyeux Noël et d’excellentes fêtes de fin d’année.

Merci à tous.

Seul le prononcé fait foi

Tagged , ,

Related Posts

One thought on “Discours d’investiture de Valérie Pécresse au Conseil Régional d’île-de-France

  1. Pingback: EXPOFRANCE 2025 : la Région Ile-de-France réaffirme son soutien

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ZAC des Belles-Vues

Les Républicains

Les Républicains

Nous suivre sur :