ArpajonMaVieMaVille.fr

ZAC des Belles Vues : on en reparle ?

« Le jeudi 10 mars 2016, une réunion publique d’information, portée par la majorité municipale,  avait lieu afin de présenter le projet d’aménagement de la ZAC des Belles Vues visant à construire plus de 1000 nouveaux logements, dont 30% de logements sociaux.

Voir le projet officiel

Christian Béraud aura tenté de convaincre une assistance sceptique du bien-fondé de ce programme immobilier enclavé qui vise à bétonner 57 hectares des plus belles terres agricoles de l’Arpajonnais. Nos élus oublient un peu vite la priorité de l’aménagement du territoire visant à faciliter la création d’activités économiques, donc de l’emploi, et l’importance de sauvegarder des terres nourricières aux abords de Paris alors que l’on sait déjà que les terres cultivées ne seront pas suffisantes dès 2050 en France.

Les Arpajonnais subiront rapidement les conséquences de cette politique de sur-urbanisation de l’ensemble de notre territoire alors que notre réseau routier et nos transports en commun sont déjà saturés et notre cadre de vie dégradé.

Face à M. Christian Béraud, nous défendons énergiquement le principe d’un développement urbain et économique maîtrisé qui s’équilibre entre ville et campagne. Un projet de cette envergure devait être soumis par référendum aux habitants de l’Arpajonnais. » [Chronique publiée dans Arpajon Notre Ville, n°61]

ZAC des Belles Vues, l’équipe de la majorité n’a-t-elle pas d’arguments ?

On aura noté au passage les critiques acerbes et non constructives de la majorité dans le journal municipal contre notre opposition indiquant que nous serions avec « aucune volonté de participer », « spectatrice », « sans idée » et « sans proposition ». La majorité perdrait-elle son calme alors qu’il s’agit d’un projet engageant la ville et ses habitants sur les 30 prochaines années ? La majorité serait-elle enfin ouverte à écouter, à répondre aux vraies interrogations, et intégrer les idées de l’opposition au lieu de mettre en musique d’anciennes directives de M. Pascal Fournier. Nous sommes assurés que M. Christian Béraud aura trouvé son libre arbitre sur cette question épineuse.

Soyez assurés que la liste Arpajon Ma Ville Ma Ville ne partage pas toutes les vues de la majorité municipale et de ce fait, ne peut comprendre les « risques » que vous faites peser sur les arpajonnais sans apporter non plus, aucune réponse aux questions que les habitants sont nombreux à se poser concernant les transports, la saturation de la ville en terme de circulation ou encore le manque frappant de vision économique des projets lancés…

Lors des deux réunions publiques organisées par la municipalité, des habitants ont posé des questions sensibles pour lesquelles les réponses n’ont pas été apportées sur place, ni depuis il faut le dire. En lieu et place, la majorité municipale a souhaité apporter quelques éléments en balayant du revers de la main les sujets qui fâchent. Reprenons les propos de la majorité…

Est-ce un véritable éco-quartier ?

Les arguments de la majorité : « Un éco-quartier est défini par le ministère de l’environnement comme « un projet d’aménagement urbain qui respecte les principes du développement durable tout en s’adaptant aux caractéristiques de son territoire, et ce en améliorant le cadre de vie des usagers ». La conception de l’éco-quartier Les Belles Vues repose sur quatre principes qui s’inscrivent parfaitement dans cette définition :
• respect des réservoirs de biodiversité, de l’identité paysagère et de la topographie naturelle du site ;
• garantie d’un cadre de vie sain et confortable pour tous les habitants et usagers : éclairage naturel favorisé, utilisation de matériaux de construction répondant aux normes de Haute Qualité Environnementale (HQE) ;
• recherche de la meilleure performance environnementale : optimisation de l’éclairage public, gestion de l’eau (réduction de la consommation, récupération d’eaux de pluie) ou encore recyclage des déchets ;
• participation au dynamisme économique et territorial par la réalisation de 12 hectares d’activités pour des PME-PMI. »

L’avis du groupe Arpajon Ma Vie Ma Ville

Un arpajonnais, lors de la première réunion, aura précisé « Les mots ont-ils encore un sens ? »… et nous souscrivons volontiers à ce propos ! Il ne s’agit évidemment pas de nous faire une lecture législative de ce que le ministère de l’environnement considère comme un éco-quartier mais de bien raisonner pour l’avenir de nos enfants dans notre cœur de vie. Les questions qui sont posées : parle-t-on de chauffage des bâtiments collectifs et publics ? Parle-t-on d’orientation des bâtiments pour diminuer l’impact énergétique ? Parle-t-on de bâtiments à énergie positive pour réduire les coûts de la collectivité ? Parle-t-on des nuisances sonores aux abords de la nationale pour les nouveaux logements ? Parle-t-on de filière sèche pour la construction des bâtiments pour réduire l’impact écologique ? Parle-t-on d’accroissement de la récolte des eaux usées et de leur traitement ? Parle-t-on de l’imperméabilisation des terres en amont d’Arpajon et quel impact sur le plan de prévention des risques inondation du centre ville ? Parle-t-on des espèces protégées que le projet va détruire ?  Parle-t-on de la constitution des sols de la zone des Belles Vues ?
Proposition 1 >> A défaut de choisir ce projet dont nous ne voulions pas, nous proposons la création de constructions à énergie positive pour les bâtiments publics

Combien de logements construits ?

Les arguments de la majorité : « Les communes d’Ollainville et d’Arpajon comptent aujourd’hui respectivement 94 et 344 demandes de logements sociaux en instance. Proposer des logements aux citoyens et habitants d’Ollainville et d’Arpajon est donc indispensable. Cette nécessité répond également à l’obligation de l’État de construire des logements en Île-de-France, notamment sociaux. Enfin, elle permet d’anticiper et de faire face à la croissance démographique naturelle de la population d’Arpajon et d’Ollainville. À terme, l’éco-quartier Les Belles Vues pourra accueillir environ 2.500 habitants pour 1.000 logements répartis dans l’emprise des 56 hectares. Dans ces 56 hectares, il faut en compter 6 de parc, 8 d’espaces publics, 7,3 d’équipements et 12 dédiés aux activités économiques. »

L’avis du groupe Arpajon Ma Vie Ma Ville

Les questions qui sont posées : Parle-t-on du décalage entre l’offre de logement, 1.033 prévus pour être précis (représentant 83 500 m² de surface au sol), et les demandes exprimées, moins de 450 ? Parle-t-on du fait que seule la commune d’Ollainville n’est pas dans son quota de logements sociaux ? Parle-t-on de la centaine de logements déjà prévus en ville qui auront déjà du mal à trouver preneur ? Parle-t-on de la surface de 3.500 m² de commerces prévus qui avec une moyenne nationale de 208 m² de surface pour une cellule commerciale en France, représente 17 nouveaux commerces ? La majorité envisage-t-elle plus ou moins de nouveaux commerces que cette évaluation ? Parle-t-on de la répartition prévue des 82.500 m² de surface au sol d’activités, de commerces et de bureaux ? Si le projet représente 15.900 m² de surface de plancher pour les équipements, qu’est-il envisagé comme équipements en dehors de la résidence intergénérationnelle et de l’ensemble scolaire ? Parle-t-on des entreprises qui sont attendues sur le site ? Parle-t-on de l’avis des entreprises qui devront être relocalisées et les coûts qui y sont liés ?
Proposition 2 >> Présenter les plans détaillés du projet à la population tel qu’il est déjà arrêté.

Le devenir des terres agricoles

Les arguments de la majorité : « Le devenir des terres agricoles en Île-de-France est une conséquence des mutations économiques et sociales ayant lieu sur l’ensemble du territoire, comme par exemple, le processus de métropolisation en cours ainsi que la transition de l’économie vers les services et le secteur tertiaire. Le futur éco-quartier Les Belles Vues obéit à ces mutations économiques et sociales, tout en ayant le souci de préserver l’activité agricole et maraîchère à l’échelle du territoire de Cœur d’Essonne Agglomération. En effet, la Communauté d’Agglomération du Val d’Orge, devenue Cœur d’Essonne Agglomération, a lancé en 2012 le projet de reconversion de la base aérienne 217 qui se poursuit aujourd’hui. Les études sont en cours et portent, entre autres, sur la faisabilité d’un pôle régional d’agriculture biologique.
Par ailleurs, le projet d’éco-quartier Les Belles Vues s’inscrit également dans la volonté de l’État de contenir l’étalement urbain, en favorisant l’urbanisation à proximité des centres urbains et des gares, afin de permettre la préservation et le renforcement du cœur agricole de l’Essonne situé plus au sud.
L’éco-quartier Les Belles Vues s’engage également à respecter les cadres historique et environnemental du site en protégeant ses réservoirs de biodiversité, sa topographie et en transformant une partie de ses terres agricoles en un grand parc public. »

L’avis du groupe Arpajon Ma Vie Ma Ville

Il semble que la majorité municipale soit particulièrement bien informée sur la nature des projets de la reconversion de la base aérienne 217 !
Les questions qui sont posées :
Parle-t-on des indemnisations pour les terres maraîchères sacrifiées ? Parle-t-on du fait qu’une terre maraîchère ne se transporte pas sur Brétigny-sur-Orge ? Parle-t-on de la densification des logements déjà actée par la municipalité sur de nombreux projets en cœur de ville en plus des logements prévus sur le projet des Belles Vues ? Parle-t-on du nombre d’habitants que la commune devra accueillir en totalisant tous les projets engagés et leur impact sur les transports et les axes routiers ? Parle-t-on de l’éloignement de ce projet avec le pôle gare ? Parle-t-on du déphasage entre le nombre d’emplois et les logements que la municipalité prévoie ? Parle-t-on du bouleversement de la biodiversité entre une terre agricole et un parc paysagé réputé stérile ?
Proposition 3 >> Nous aimerions que la majorité puisse présenter à la population ce qui semble d’un intérêt écologique dans la prochaine base 217 et de nature à remplacer l’usage agricole des terres arpajonnaises
Proposition 4 >> Réduire l’emprise des logements pour réintégrer de la culture locale sur Arpajon

I:ETUDEPROJET1401_BELLEVUES�1_W�1_PSD�0-PLAN IMAGE�2-AVP A

Comment le projet est-il financé ?

Les arguments de la majorité : « Le futur éco-quartier Les Belles Vues s’appuie sur la création d’une ZAC (ou Zone d’Aménagement Concerté). Dans le cadre de cette opération, le montage financier validé par les collectivités stipule que les frais et les risques d’aménagement sont en totalité assumés par l’aménageur, la Sorgem, plutôt que sur les collectivités locales, qui ne participent qu’au financement des équipements publics.
La Sorgem est un outil au service des collectivités, spécialiste de l’aménagement public, n’ayant pas pour vocation à réaliser de profit financier. Elle sera, sur toute la durée, comptable des dépenses et des recettes de l’ensemble du projet. Le bilan de l’opération, d’un montant d’environ 52 millions d’euros HT, est équilibré : l’intégralité des recettes permettent de financer les différents travaux d’espaces publics et le parc, et de participer à la réalisation des équipements et à la requalification d’une partie des voiries existantes. »

L’avis du groupe Arpajon Ma Vie Ma Ville

Les questions qui sont posées : Parle-t-on du risque financier que la commune va supporter en garantissant les prêts des sociétés qui construiront les logements et bâtiments publics ? Parle-t-on du risque de mévente des logements construits ? Parle-t-on du risque de défaillance de la Sorgem ? Parle-t-on de la nature et du coût de financement des équipements publics ? Parle-t-on du délai de mise en place de ces équipements ? Parle-t-on de la gestion des places de crèche et d’école avant que les équipements ne soient réalisés ? Parle-t-on du nombre de commerces attendus sur le projet ? Parle-t-on du cheminement de circulation des véhicules lourds dans la zone industrielle ? Quel est le lien contractuel qui a été signé avec la Sorgem ? S’agit-il d’un mandat, d’une concession ou d’une autre forme juridique ? A combien s’élèvera le reste à charge de la commune sur le budget prévisionnel de 20,4 M euros + 1,3 M euros pour le parc ? Comment sont favorisées les entreprises locales dans l’aménagement de ce projet ?
Proposition 5 >> Présenter le budget de l’opération ainsi que ses sources de financement à la population dans le prochain Notre ville n°62

pole gare
Comment peut-on envisager un coût d’un montant de 24 M euros pour 1.033 logements aux Belles Vues alors que le pôle gare (photo) était estimé lui-même pour le même montant intégrant 235 logements, un pôle administratif et 310 places de parking, le tout pour 15.884 m² de surface de plancher ? Source

Transports, mobilité, circulation autour des Belles Vues

Les arguments de la majorité : « La question de la circulation est au cœur des priorités et a d’ores et déjà fait l’objet de nombreuses attentions : une étude préalable en octobre 2011, une étude d’impact actualisée en 2015, un schéma directeur de la RN20 en août 2015 porté par le syndicat mixte d’études de la RN20, des ateliers de concertation spécifiques en juin 2009 et des ateliers de travail et de concertation prévus après l’été 2016.
L’objectif est de créer un maillage de voies et accès nouveaux pour fluidifier le trafic et favoriser la connexion avec les gares (notamment avec le pôle gare d’Arpajon), de favoriser l’usage des transports en commun et des mobilités alternatives (telles que le vélo ou la marche) et, enfin et surtout, de permettre aux futurs habitants de l’éco-quartier de limiter leurs déplacements grâce à la constitution d’un véritable quartier de vie (emplois sur place, école, structure d’accueil de la petite enfance, etc.). »

L’avis du groupArpajon Ma Vie Ma Ville

Comme une Arpajonnaise le précisait à Monsieur le Maire à propos des déplacements en ville : « C’est déjà le bazar et 1.000 logements, c’est pas une bricole ! » Les questions qui sont posées : Parle-t-on de la saturation que va subir la rue de la Libération ? Parle-t-on de la saturation des accès à la gare d’Arpajon aux heures de pointe ? Parle-t-on des bouchons actuels que la politique de la ville a déjà créés ? Parle-t-on du double cœur de ville que la majorité prépare ? Parle-t-on du nombre d’emplois envisagés et de leur typologie sur la nouvelle zone ? Parle-t-on de la dangerosité du nouvel accès à la RN20 prévu depuis les Belle Vues en pleine descente au niveau de la rue Maryse Bastié. Parle-t-on du coût des aménagements prévus pour la création d’une passerelle au-dessus de la RN20 ?
Proposition 6 >> Présenter toute l’étude d’impact ainsi que les risques écologiques du projet

circulation belles vues arpajon
Alors que des études ont déjà été réalisées, pourquoi ne sont-elles pas diffusées librement à toute la population… Plus c’est rouge, plus cela coince en terme de circulation…

Et pour couronner le tout : comment la ville peut-elle travailler sur un projet depuis des années sans avoir à nous montrer les plans détaillés de l’opération alors que les premiers travaux vont débuter au deuxième trimestre 2017 ? Quel est l’état d’avancement réel de réactualisation de l’étude d’impact du projet des Belles Vues et quand sera-t-elle enfin disponible ?

Voilà quelques questions que nous portons comme élus de l’opposition municipale. Nous avons également une autre question qui nous semble importante de comprendre : l’indépendance éthique qu’il peut exister entre les intérêts de la Sorgem, sa présidence et la municipalité d’Arpajon, aux couleurs politiques toutes amicales alors que la municipalité n’est même pas représentée au capital de cet organisme extérieur !

sorgem frederic petitta Belles Vues

ZAC des Belles Vues

Tagged , , , , , , , , , , , ,

Related Posts

ZAC des Belles-Vues

Les Républicains

Les Républicains

Nous suivre sur :